vendredi 16 février 2018

A très bientôt...

Le chien a croqué le coq, je vous souhaite le meilleur pour cette nouvelle année lunaire, à bientôt... 

jeudi 1 février 2018

Pleine lune bleue de sang, magique!

Cette nuit, l'Astre de la nuit était flamboyant : 
d'abord au milieu des nuages vers 22 heures 
et puis plus tard par une nuit noire... Sur terre par contre, ce sera mon dernier message avant la fin de ce petit mois mais, c'est promis, je reviendrai ! 

jeudi 18 janvier 2018

La semaine des revenantes

Le week-end dernier, et surtout dimanche, grisée par le soleil et le merveilleux ciel, j'ai passé pas mal de temps dehors. J'ai sans doute exagéré un peu, bien que très bien habillée, le soir j'ai ressenti les premiers symptômes : un nez qui coule, une gorge douloureuse et des frissons... J'ai immédiatement réagi avec mes armes : tisane de thym au miel et propolis. Nuit agitée et lendemain difficile, je restée sous ma couette une bonne partie de la journée , il faut que je sois remise sur pied mercredi ! Ce mardi, je me sens mieux, l'alerte est passée, ouf ! J'ai bu du Chaï très corsé, avec du lait d'amande, du curcuma, de l'anis étoilé, du gingembre frais, de la cardamome, des clous de girofle, un bâton de canelle sans oublier le thé rouge, de l'English breakfast, la cuisine embaumait, j'ai sucré le breuvage avec du sucre brun de fleur de coco, un vrai délice qui m'a fait un bien fou, il a achevé de dégager ma gorge, ce qui m'a permis de répondre à un coup de fil que j'attendais depuis un certain temps... MERCI à celle qui m'a rassurée, on se voit très vite ! J'attendais avec impatience ce mercredi, jour béni, je revois ENFIN ma filleule adorée, revenue de l'enfer... 
Je vais commencer cette mémorable journée par un voyage sonore à Taiwan avec cette musique traditionnelle sur des instruments anciens et gustatif en Chine avec ce superbe Yunnan dans la théière en rêvant déjà à cette rencontre, comment vais-je la retrouver, ma Puce adorée ? ... 
Il fait encore sombre dehors mais un grand soleil a envahi mon cocon, en portant la tasse à mes lèvres, un MERCI à ma généreuse donatrice : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2017/04/merci-la-vie-et-martine.html, ce breuvage plein de force a une saveur particulière, celle de l'amitié qui me lie à Generosity... 
Il commence à faire plus clair et même si le ciel risque de nous tomber sur la tête, je sais que ce jour sera flamboyant ! Je devais rester en Chine mais le super restaurant choisi était exceptionnellement fermé, c'est en Italie que se poursuivra le voyage 
avec l'héroïne du jour, rayonnante malgré sa fatigue, qui adore la cuisine de ce pays. 
Tagliatelles au homard et un petit Blanc pour elle 
et calamars frits sauce tartare pour moi. Merveilleuses retrouvailles même si j'ai eu les larmes aux yeux quand elle m'a expliqué ce qu'elle a dû subir, quel courage ma Puce ! Heureuse de voir que ton plat te plaît et que tu parviens à le manger malgré tes fils... En attendant le dessert, nos échanges se font plus intimes, et tu m'as offert le plus beau cadeau pour l'avenir, MERCI ô ma Filleule chérie... 
Au dessert, elle me parle aussi de son Bobby, le petit citadin, qui adore la campagne. 
On décide donc d'aller le chercher, j'admire le ciel de Boitsfort 
tandis qu'elle va chercher Bobby. J'aurais voulu qu'on prenne le thé dans mon salon mais Doudou souhaitait qu'on le partage au living, c'est un peu à contrecœur que j'accepte, les travaux de peinture ont recommencé et l'odeur m'incommode mais bon, comme il n'a pas eu de bonnes nouvelles, courage Doudou. ... 
Mère et fils... 
Il a voulu boire à la tasse de Sencha Fukamushi mais en mère attentionnée elle l'en a empêché en lui expliquant qu'il se brûlerait, c'est mignon. 
C'est pas tout ça, maman et marraine, mais il serait temps d'arrêter de papoter, c'est pas humain de m'enfermer alors que cet immense jardin n'attend que moi. Impossible de résister ! 
C'est un vrai spectacle de le voir tout fou, 
je me demande qui s'amuse le plus... Il est déjà temps de nous quitter, MERCI pour TOUT ma Puce et à très vite.
On avait pourtant annoncé de la pluie... Je suis fatiguée, les nuits précédentes n'ont pas été de tout repos, Morphée me tend déjà les bras. Je me suis endormie d'un coup sans lire, ce qui est exceptionnel mais j'ai été réveillée en sursaut, Eole, déchainé, s'est engouffré dans ma chambre, j'avais mal fermé la porte-fenêtre... Il était passé minuit et la tempête a duré toute la nuit, c'était absolument magique, la fille du vent que je suis est au paradis ! L'air vivifiant m'a tenue éveillée, pourvu que cela dure... Après la revenante d'hier, j'en attends une autre que je n'avais plus vue depuis des lustres pourtant je me sens un peu zombie. Dehors le vent souffle toujours violemment mais il ne semble pas y avoir de dégâts dans le jardin, c'est incroyable la résistance des arbres. Et voilà le soleil de Guadeloupe. 
Ma chère Fanou qui a choisi comme thé d'apéritif le Daehsan nockcha, infusé dans ce superbe set, cadeau de mon généreux donateur. 
Je reconnais tout de suite les gestes... 
Le verdict est sans appel, Fanou lui trouve des notes grillées qui lui font penser au Genmaïcha 
Observation des feuilles après deux passages. Pendant toute la séance, nous sommes vraiment ravies de nous revoir, c'est comme si nous nous étions quitter la veille, c'est cela l'Amitié! 
En route pour Bierges, le ciel est toujours aussi agité, Eole n'en finit pas de souffler. 
Nous voilà arrivés dans ce lieu qui m'avait réellement séduite en décembre : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2017/12/il-ny-pas-que-le-dans-la-vie-il-y-aussi.html, j'attendais avec impatience d'y revenir. 
En attendant de choisir les mets, du pain, de l'huile d'olive extra et du zaatar. Je suis impatiente de revivre les émotions gustatives que je garde encore en mémoire ! 
Premier service : betteraves rôties, salade d'algues et truite fumée. Et là, déception : les betteraves, à peine cuites n'étaient pas rôties, je l'ai signalé mais aucune réaction si ce n'est que la serveuse, dont c'était le premier jour de travail, va le signaler à la cuisine. Dommage, ce plat avait été mon coup de cœur. Je n'avais pas goûté la salade d'algues annoncée avec du sésame et du gingembre, si le sésame était présent, pas de trace du gingembre, que se passe-t-il ? 
Par contre l'ambiance du repas était au zénith, Fanou et Xavier s'en sont donné à cœur joie, moi un peu en retrait ruminant ma déception, je finis par me lever pour aller à la recherche de Yanis qui nous avait si bien servis mais il ne travaille plus qu'épisodiquement. Après un temps anormalement long arrivent les plats chauds : poireaux braisés, coquilles Saint-Jacques et biche de Gaume pour Xavier, corrects mais une fois de plus, je ne retrouve pas l'harmonie des saveurs subtiles, je suis déçue d'autant que Fanou a décrété qu'elle nous invitait. Et c'est non négociable ! Nous ne sommes pas rassasiées, nouvelle commande : risotto aux betteraves, il n'y en a malheureusement plus, ce que je comprends, c'était mon deuxième coup de cœur en décembre, 
tatin au rutabaga pour Fanou et moi, une tuerie : je retrouve les émotions gustatives, enfin 
et pot-au-feu végétarien pour Xavier, et là je suis sidérée, il n'est pas trop légumes... Et mon mari a adoré le pot-au-feu, je n'en reviens pas encore ! Un autre serveur est venu nous trouver pour excuser l'inexpérience de la serveuse, en fait elle avait oublié d'envoyer la deuxième commande, comme geste commercial, il nous a offert les desserts : 
mousse au chocolat noir et amer pour Fanou, mieux vaut pour elle que pour moi... 
crème brûlée pour nous deux, c'était un vrai délice. Nous avons donc terminé en beauté un repas malheureusement en demi-teinte... par rapport à ce que j'ai découvert la dernière fois, disons que cela peut arriver et comme a dit Fanou : il vaut mieux un repas un peu moins bon et une chaleureuse ambiance qu'un repas +++ et des convives mortifères... Ce ne fut pas vraiment le cas évidemment ! 
Un dernier regard à ce lieu très zen et nous revenons à la maison. Malheureusement, Fanou n'a plus le temps de savourer le dessert du dessert, mais ce n'est que partie remise bien sûr et très vite. MERCI à toi ma chère Fanou pour ces moments hors du temps, depuis que tu es partie Xavier n'a pas arrêté de chanter tes louanges... 
Le vent souffle moins vite à présent mais la lumière est superbe. Fanou n'est pas venue les mains vides : 
des bâtons d'encens de la part des Twins, MERCI mes chéris, on se revoit très vite. 
La dernière création de Fanou, un thermos pour tenir le breuvage bien au chaud et un carnet pour noter mes commentaires, MERCI à toi aussi. 
Eole s'est tu à présent, le silence est impressionnant, à la limite un peu déroutant même et la lumière particulièrement flamboyante, à l'image de ces deux jours... MERCI LA VIE !

dimanche 14 janvier 2018

Le printemps a fait une belle apparition ce 14... janvier!

Après une semaine de folie, très riche mais qui m'a tenue éloignée de mon cocon, ce week-end je me pose enfin, je ne verrai pas petit Dragon et sa famille, ils ont eu la grippe et il n'est pas question que mon mari risque de l'attraper. Ce matin, grasse matinée avant d'aller faire les courses. Après le diner, balade digestive en forêt sous un beau ciel bleu lumineux. Puis préparer un Bai Mu Dan, cela fait des mois que je n'en avais plus préparé, même si l'hiver est assez doux, pour moi c'est un thé d'été, un ciel bleu, du soleil et donc une belle lumière, 
c'est le cas aujourd'hui... 
il ne manque qu'une douce chaleur. 
Le restaurant est à nouveau prêt à accueillir la gente ailée. 
Ils ne tardent pas à arriver, c'est donc bien emmitouflée dans mes grandes ailes papillon que j'observe cet incessant va-et-vient, malheureusement impossible de les immortaliser. 
Le soleil commence à descendre à l'horizon, la température baisse rapidement, il est temps de rentrer. Envie d'un thé au jasmin, 
Dès l'ouverture de l'écrin, les perles de Si Ling Chi impérial dégagent un doux parfum qui me fait voyager dans le Maghreb -souvenirs émus...- 
Tandis qu'infusent les perles, je me berce de cette musique qui me pénètre jusqu'à l'âme, les voix me font frissonner... 
La théière, comme un rappel du spectacle de cet après-midi, laisse échapper ces parfums envoutants du jasmin et en bouche, des saveurs florales très présentes alliées aux notes végétales des feuilles du thé vert. Puis comme quasi chaque soir, lecture. Ce matin, malgré une nuit agitée à cause précisément de ce livre, je me réveille en pleine forme. 
Mes rituels... 
De l'écrin contenant le Balasun, se dégage un parfum subtil de fleurs. 
Dans la tasse, ce sont plutôt les notes fruitées qui se dégagent, c'est si doux... On ne parle plus de ces jardins de Darjeeling qui ont pâti des problèmes politiques de la région. Les plantations abandonnées pendant des semaines vont-elles cette année être aussi généreuses, et surtout les cueilleuses ont-elles obtenu quelque amélioration de leur conditions de vie ? Je l'espère. 
La musique s'est tue, l'encens s'est consumé, place à la lecture avec une deuxième théière pour tenir le choc. Comme mon mari m'invite au restaurant, j'aurai le temps de l'achever, mais quoi ? BILQISS est le livre que j'ai commencé cette nuit, j'aurais voulu le terminer tellement j'ai été prise par ce « roman » mais je n'ai pu lutter contre Morphée... Deux citations au tout début du livre me parlent, l'une de saint Augustin : "Chanter, c'est prier deux fois", et l'autre du prophète Muhammad : "Une quête de savoir vaut mieux qu'une vie entière de prière". Mais dès la deuxième page, j'ai commencé à ressentir une sorte d'oppression : "J'étais une femme dans un pays où il valait être n'importe quoi d'autre, et si possible un volatile". J'en passe et des plus dures encore, et au fil des pages, ce malaise s'est amplifié, était-ce véritablement un roman ? Tout ce que l'auteure raconte est à ce point criant d'une certaine réalité... Contrairement à la critique de l'Express, je n'ai pas trouvé ce livre "fin, subtil, léger" mais bien désespérant et tragique, même si je ne regrette pas de l'avoir lu, il est remarquablement écrit... 
En descendant, j'ai eu le bonheur de voir une nichée de mésanges à longues queues, la photo n'est pas terrible mais quand j'ai voulu changer d'angle, elles se sont toutes envolées sauf ces deux-là. Très bons moments partagés devant des mets raffinés au Château du Lac sous un soleil qui a donné au ciel une luminosité qui préfigure le printemps, merci Doudou. 
En rentrant, la nature s'y croit déjà : des chatons sur le noisetier, 
un soleil qui s'est taché de blanc, 
 et chose incroyable pour un 14 janvier, jonquilles et narcisses pointent leur nez,
avec un mois d'avance ! Je ne vais pas m'en plaindre mais il peut encore geler, vont-ils résister ? 
Envie de fêter cela avec un Matcha vert fluo. 
Je savoure avec gourmandise cette Mousse de Jade à la fois douce, légèrement sucrée même, belle harmonie avec la puissance qu'elle dégage. Retour au jardin pour admirer tout ce que la nature offre aujourd'hui...
Un beau coucher de soleil clôture cette superbe journée du 14 janvier, MERCI la Vie